La résistance aux antibiotiques, on a tous un rôle à jouer!!!

avril 10th, 2011

L’OMS (organisation mondiale de la santé) a décidé de faire de la résistance aux antibiotiques, le thème de la journée mondiale de la santé.

Margaret Chan, directrice de l’OMS a déclaré la chose suivante :
« L’émergence et la propagation de germes pathogènes résistants aux médicaments se sont accélérées. De plus en plus de médicaments essentiels deviennent inefficaces. Si nous ne prenons pas d’urgence des mesures pour corriger cette situation et en protéger les acquis, nous allons vers une ère post-antibiotiques, dans laquelle de nombreuses infections courantes ne pourront plus être soignées et recommenceront à tuer ».

En 2010, 165 000 personnes ayant contracté des formes de tuberculose multirésistantes sont mortes faute résistance aux antibiotiques.

Nous pourrions donc dans les prochaines décennies mourir de nouveau de maladies devenues bénigne.

Changeons notre attitude et celle de nos médecins : ce n’est pas à nous de décider si notre médecin doit ou non nous prescrire des antibiotiques. De même que n’ayez pas peur de questionner votre médecin quand sa prescription vous parraît un peu trop prudente.

Et pour finir sur ce sujet, sachez que dans certaines régions du globe, plus de 50% de la production d’antimicrobiens est utilisée dans l’élevage d’animaux destinés à notre consommation. Quel rapport?  Des microbes résistants aux médicaments (antibiotiques) présents chez les animaux peuvent être transmis à l’homme.

Saisine Afssa Oméga 3

avril 5th, 2011

En France suite à différentes études on estime les apports moyens en acide alpha-linolénique compris entre 0,1 et 0,2 g/j, quels que soient l’âge et le sexe.

Les apports moyens en acide linoléique, sont eux compris entre 1 et 2 g/j.

Par conséquent le rapport acide linoléique/acide alpha-linolénique est trop élevé et dépasse en moyenne 10.

L’acide alpha-linolénique, précurseur de la famille des oméga 3, est indispensable car son rôle est lié au bon fonctionnement cérébral et visuel.

Le besoin physiologique minimum en acide alpha-linolénique est estimé à 0,8% de l’apport énergétique pour l’adulte c’est à dire 1,8g/j pour un AE de 2000kCal. Celui-ci est de 2% de l’AE pour l’acide linoléique ce qui équivaut à 4,4g/j pour le même AE.

Les déséquilibres entre l’apport en Oméga 3 et Oméga 6 est préjudiciable à la synthèse et à la disponibilité de l’EPA et du DHA et à leur incorporation dans les tissus, ce qui pourrait accentuer des perturbations physiologiques et contribuer à la survenue de pathologies telles que affections neuro-psychiatriques, les maladies cardio-vasculaires, les pathologies inflammatoires, le diabète et l’obésité.

Dans ce cadre, un apport acide linoléique/acide alpha-linolénique inférieur à 5 est admis.

Passons au vif du sujet : l’EPA et le DHA

Le DHA (acide docosahexaénoïque) constituant majeur de la structure et du fonctionnement cérébral et visuel.

La très faible conversion de l’acide alpha-linolénique en DHA clairement démontré a conduit à fixer le besoin physiologique minimum à 250mg/j pour un adulte.

L’EPA (acide eicosapentaénoïque).

Contrairement au DHA, la conversion de l’acide linolénique en EPA est significative dès lors que les apports en acide alpha-linolénique sont suffisants. Cependant un ANC a été défini à 250mg/j.

Apport chez la femme enceinte et allaitante en Oméga 3.

La teneur en acide gras polyinsaturés précurseurs et à longue chaîne des séries oméga 6 et oméga 3 de l’alimentation maternelle influence principalement le développement cérébral du nouveau né et la santé de la mère. C’est pourquoi des ANC ont été définis

Acide linoléique : 4% de l’apport énergétique (nombre de calories par jour)

Acide alpha-linolénique : 1% de l’AE

DHA : 250mg

EPA : 250mg

Apports nutritionnels conseillés en oméga 3 pour le nouveu-né, le nourrisson et les enfants de 1 à 3 ans

DHA : 70 mg

EPA : aucune donnée

Enfants de 3 à 9 ans

DHA : 125 mg

EPA : 125 mg

Adolescents de 10 à 18 ans

DHA : 250 mg

EPA : 250 mg